TRIATHLON PORT LA NOUVELLE : site officiel du club de triathlon de Port-la-Nouvelle - clubeo

Licence de triathlon : ce qui change en 2019

11 octobre 2018 - 08:54

Licence de triathlon : ce qui change en 2019

Alexandre Py annonce peu d'évolution dans la réglementation pour la pratique du triathlon en France en 2019. Toutefois, la FFtri a été très active ces derniers mois sur la question des licences et prévoit déjà une évolution de taille en 2019.

A PY fftriXL Triathlon a interrogé le vice-président de la Fédération française de triathlon pour qu'il nous dévoile les évolutions en cours et celles en gestation sur les licences sportives...

XL Tri : en 2019, les triathlètes ne pourront plus se présenter aux épreuves de triathlon organisées sous l'égide de la FFtri avec une licence américaine (Usat), par exemple. Comment expliquez-vous cette décision fédérale ?
Alexandre Py, vice-président de la FFtri : À l'heure actuelle, en 2018, il faut une licence compétition de triathlon ou un certicat médical complété d'un pass-journée pour participer à une épreuve de triathlon respectant la réglementation fédérale. En 2019, tout triathlète étranger (ou tout licencié dans un pays étranger) devra prendre un pass-journée en présentant un certicat médical valide à l'exception des pays qui auront signé une convention avec la FFtri...

C'est le cas, par exemple, de l'Allemagne, de la Belgique, du Luxembourg, de l'Espagne, du Portugal ou de la Suisse...

XL Tri : s'agit-il d'une mesure de rétorsion face à une tendance au dumping en direction de pays octroyant des licences moins chères ?
A. P. : Non. Nous ne pouvons aujourd'hui déterminer le nombre de triathlètes français licenciés à l'étranger. En revanche, un triathlète français qui va courir aux États-Unis, par exemple, devra payer l'équivalent d'un pass-journée. Qu'il soit ou non licencié en France ou dans un autre pays. Et c'est le cas dans de nombreux pays.

Aussi, la réflexion conduite au sein de l'International Triathlon Union - qui fédère les différents pays pour faire évoluer notre discipline, nous a permis de réfléchir à un système équitable. Celui-ci doit permettre au triathlète étranger licencié qui participe à nos épreuves françaises d'être exonéré de pass-journée si c'est également valable lorsque un Français, également titulaire d'une licence, court une épreuve de son pays.

Cet accord de réciprocité existe déjà pour les pays avec lesquels nous avons signé des conventions. Et si d'autres pays le demandent, nous sommes ouverts à la signature d'autres conventions... Dans ce sens, la FFtri s'est rapprochée de tous les pays limitrophes de la France.

Commentaires

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 1 Président
  • 8 Triathlètes
  • 6 Supporters